A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Magdi Allam, le converti qui accuse

 

Benoît XVI a baptisé un journaliste anciennement musulman. Magdi Allam a expliqué son choix par un "islam physiologiquement violent".

Le baptême par le pape Benoît XVI, samedi à la veille des célébrations de Pâques, de Magdi Allam, le rédacteur en chef adjoint du quotidien "Corriere della Sera", a fait sensation dans une Italie où la place et la nature de l'islam font depuis longtemps débat. Pas toujours de façon très sereine; on se souviendra des critiques qui avaient accompagné la sortie de "La Rage et l'Orgueil", un livre au vitriol de la journaliste et essayiste Oriana Fallaci, décédée depuis, qui contenait des propos ouvertement racistes.

Même si certains de ses écrits pouvaient le laisser prévoir, la conversion de son collègue Magdi Allam de la religion musulmane au catholicisme a surpris. Son baptême n'a été annoncé qu'une demi-heure avant la cérémonie en la basilique Saint-Pierre. Mais c'est surtout l'explication de sa décision, dans une lettre publiée dimanche par le "Corriere della Serra", qui a ajouté du piment à ce qui aurait pu n'être qu'une formalité. Dans ce texte qui détaille pourquoi le samedi de son baptême a été "le plus beau jour de (sa) vie", Magdi Allam argue avoir voulu "s'affranchir de l'obscurantisme d'une idéologie qui légitime le mensonge et la dissimulation, la mort violente qui inclut l'homicide et le suicide, la soumission aveugle à la tyrannie". Or, connu pour ses attaques vigoureuses contre l'islamisme dans le "Corriere della Serra", Magdi Allam va plus loin ici en mettant en cause directement l'islam. "Au-delà du phénomène des extrémistes et du terrorisme au niveau mondial, la racine du mal, écrit-il, est inhérente à un islam physiologiquement violent et historiquement conflictuel".

Cette charge contre la religion musulmane est d'autant plus écoutée en Italie qu'elle émane d'une personnalité qui, sans l'avoir beaucoup pratiqué, connaît bien l'islam. Magdi Allam, 55 ans, est né en Egypte, mais, tout en étant musulman, a reçu une éducation catholique. Il a poursuivi ses études en Italie qu'il n'a plus quittée et où il a mené à bien une brillante carrière de journaliste, jusqu'à devenir rédacteur en chef d'un des plus prestigieux quotidiens de la Péninsule.

Médiatisation ou discrétion ?

Dimanche, il a déclaré réaliser "ce à quoi je m'expose, mais je vais faire face à mon destin la tête haute et avec la force intérieure de quelqu'un qui est sûr de sa foi". Sa conversion l'expose au crime d'apostasie, passible de la peine de mort en vertu d'une interprétation rigoriste du Coran (lire ci-dessous). Il est vrai que Madgi Allam sait ce qu'être menacé dans sa chair signifie. Il bénéficie depuis cinq ans déjà d'une protection policière particulière après avoir condamné les attentats suicides commis par les Palestiniens. En septembre 2006, il avait aussi défendu les propos controversés de Benoît XVI sur la violence intrinsèque de l'islam dans un discours à Ratisbonne, en Allemagne, fustigeant ceux qui le critiquaient : "Il m'effraye de constater que même les soi-disant musulmans modérés ont renoncé au sens de la raison et se sont alignés sur la "guerre sainte" dont ils seront les principales victimes."

Dimanche, le vice-président de la communauté musulmane d'Italie, Yaha Sergio Yahe Pallavicini, s'est étonné de "l'importance que le Vatican a donnée à cette conversion". Une critique dont s'est défendu le cardinal Giovanni Re. "Une conversion est un acte privé, quelque chose de personnel et nous espérons que le baptême ne sera pas interprété de façon négative par l'islam", a-t-il commenté. Il n'est pas sûr qu'il soit entendu.

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>