A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Bruxelles : le premier bourgmestre musulman

 

En relisant quelques articles de mon journal préféré "UBU-PAN", "Le plus grand journal satyrique belge (et le seul…)", je tombe sur cet article que je vous livre.
Il concerne le mariage du bourgmestre de Mollenbeek, Philippe Moureaux, avec sa compagne, Latifa Benaïcha, une Marocaine musulmane. La question se posait en Belgique de savoir si oui ou non, Philippe Moureaux s'était converti à l'islam. Evidemment que oui, c'est obligatoire ! Dans le cas contraire, son épouse se serait exposée à des représailles très grave ! Voyons ce qu'en dit Ubu&Pan : 

Le bruit circulait depuis de nombreux mois. Il s’était amplifié à l’annonce du mariage de Flupke Moustache avec Latifa Benaïcha. Cette fois, le doute n’est plus permis. Le « bourguemaître » de Molenbeek s’est bien converti à l’islam. Sans en avertir ses administrés. Cette dernière précision vaut son pesant de couscous : si la conversion à une religion relève de la sphère privée, il n’en va pas de même avec l’islam, qui confond hardiment affaires privées, domaine public et soumission [c’est la signification du mot islam] aux lois du prophète Mahomet. Une de ces lois est le djihad, c’est-à-dire, la conquête de tous les territoires de la Terre pour les soumettre à cette religion, inventée de toutes pièces, à partir du 7ème siècle de notre ère. Pour Moureaux, la moindre des politesses intellectuelles consisterait donc à prévenir ses électeurs de sa nouvelle orientation.


Les preuves 
Qu’est-ce qui permet d’affirmer que Moureaux est passé du Grand Architecte à Allah ? D’abord, une vengeance de certains collègues de Latifa, engagée de force dans le cabinet Picqué, où elle était chargée d’espionner le vieil ennemi de Moureaux.

La donzelle Benaïcha [35 ans] n’y a pas gagné que des amis. Un exemple : elle annonçait urbi et orbi qu’après son mariage avec « l’homme fort » de Molenbeek, on verrait ce qu’on verrait et qu’elle n’hésiterait pas à régler certains comptes. Elle avait assez mal digéré d’avoir été placée dans un bureau éloigné de celui du ministre-président [dans un autre immeuble, en fait], où ses compétences ne dépassaient guère la manipulation de la machine à café.

Ce genre d’attitude inspire les rancoeurs, et c’est de la même administration qu’est venue l’information selon laquelle les « jeunes » époux [elle a 35 ans, lui, 71 ans et la pompe cardiaque plus très vaillante] avaient introduit une demande de reconnaissance de leur mariage par le Maroc, pays d’origine de Latifa.
Information confirmée par le consulat marocain. Nous étant fait passer pour un proche de Moureaux, nous avons demandé s’il ne manquait rien dans la fourniture des papiers nécessaires à la demande d’officialisation du mariage », il nous fut répondu que « tout [était] en ordre ». Cqfd.

Droit marocain et droit au mensonge
Passant pour un pays progressiste auprès des bien-pensants, le Maroc reste un modèle d’obscurantisme, très chatouilleux sur le respect aux règles de l’islam le plus intégriste. Ainsi l’article 39 de la mudawana [loi familiale marocaine] stipule que « … sont interdits les mariages entre une musulmane et un non musulman » – vous avez dit « multiculturel » ?

Si donc, les époux Moureaux-Benaïcha tiennent à régulariser leur situation familiale au Maroc, inutile de faire un dessin : l’heureux époux doit être musulman. Là où cela devient carrément croquignolet, c’est qu’en tant que musulman, Moureaux peut prétendre ne pas l’être !

Explication. La branche la plus agressive des musulmans, les chiites, permet à un musulman qui se sent menacé, de prétendre qu’il n’est pas membre de cette religion. Il peut donc mentir en toute impunité, et sans dommage pour sa foi. Mentir pour la bonne cause, en quelque sorte…

Ce principe s’appelle la taqiyya. C’est d’ailleurs en se basant sur elle que certains musulmans chiites [et ils sont majoritaires dans les mosquées du bruxellistan] s’estiment libres de mentir systématiquement aux non musulmans. Pratique, par exemple, quand il s’agit de décrire une situation familiale, afin d’obtenir des allocations – Allah sera miséricordieux !

Il y a gros à parier que Moureaux tient à rester le plus discret possible sur une conversion, qui ferait tache dans le contexte du PS bruxellois, où il s’escrime à imposer une des trois filles qu’il a eues avec sa première épouse, Françoise Dupuis. On sait que les options islamophiles de l’ayatollah du Karreveld ne plaisent guère à une majorité de camarades qui voient d’un mauvais œil les « bougnoules » leur chiper les sinécures où ils se croyaient installés à vie. La flexibilité n’est pas le maître mot chez les rouges, surtout quand elle est engendrée par une vague verte, couleur de l’islam.

Jusqu’à présent, Flupke Moustache mentait sans vergogne. A présent, Flupke l’oustachi peut mentir sans état d’âme. Allah est avec lui !

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>