A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Islam de France : le mensonge de l\’état

Le dimanche 8 juin des élections cruciales pour choisir les futurs dirigeants du Conseil français du culte musulman (CFCM) ont eu lieu, sur fond de crise institutionnelle. Ce conseil du culte musulman est une confédération chancelante. Plusieurs mouvements qui y siègent ont menacé de boycotter ces élections. Certains se sont ravisés in extrémis (l’UOIF), mais pas toutes. Les lignes de fractures qui traversent le CFCM expriment les luttes d’influence de plusieurs États musulmans qui se livrent une concurrence pour capter l’islam de France. Sommairement, l’Union des organisations islamiques de France doit son développement aux soutiens de monarchies du Golfe, et en particulier de l’Arabie Saoudite. La Fédération des musulmans de France et le Rassemblement des musulmans de France sont fortement ancrés dans la diaspora marocaine. La Fédération de la Grande Mosquée de Paris représente quant à elle les musulmans algériens et entretient des relations étroites avec des personnalités au pouvoir à Alger. Or, le mode de scrutin pour élire les dirigeants du CFCM est une curieuse arithmétique fondée sur la superficie des mosquées gérées par chaque obédience, et non pas sur le simple vote des fidèles. Cette réalité exacerbe les stratégies pour le contrôle des mosquées par des personnalités proches de tel ou tel État sponsor. Derrière les prétentions de Nicolas Sarkozy de donner à la France un islam aux spécificités républicaines, il n’y a donc que du vent, des concepts que visiblement le gouvernement français ne maîtrise pas et qu’il n’est pas près de maîtriser. Dans ce cadre, on rappellera que de nombreuses "associations culturelles musulmanes" bénéficient de subventions déguisées de la part de certains élus en violation flagrante avec la loi de 1905. Voici quelques cas, parmi bien d’autres : \"-\" La mairie de Drancy qui construit une mosquée municipale d’1,8 millions d’euros… en cachette. \"-\" Chantier de la grande Mosquée de Strasbourg, financé à hauteur de 10 % par la Ville de Strasbourg (610 000 €) et de 8 % par le conseil général et le conseil régional. \"-\" L’Association culturelle d’entente d’Asnières (Acea) dont l’adresse correspond à celle de la mosquée Al-Hidaya Al-Islamiya (sic !) : subvention de 24.000€ : Quatre fois plus que l’attribution faite au club des Chardons qui accueille un nombre supérieur d’enfants \"-\" Mosquée de Créteil, dont la partie "Association pour l’animation et la gestion des espaces culturels" a été financée par la ville a hauteur de… un million d’euros. Mais en définitive, les Français de souche resteront, au mieux, dans l’ignorance au pire complètement snobés par cette élite politique dont les intérêts personnels ont supplanté depuis belle lurette le bien-être de la France. Islam de France ? Seulement en ce qui concerne les subventions !

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>