A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Égypte – Les femmes enceintes à la suite d’un viol doivent avorter immédiatement

LE CAIRE – L'université AL-Azhar, considérée comme le "vatican" de l'islam sunnite, a déclaré dimanche que toute femme enceinte à la suite d’un viol doit mettre fin à sa grossesse immédiatement dans le but de maintenir « la stabilité sociale» .

Une explication s’avère nécessaire : en terre d’islam l’enfant né d’un couple marié est appelé ibn el Hallal, ce qui signifie enfant permis (par Allah), l’enfant né hors mariage est appelé ibn el Haram, enfant né de l’interdit (selon la règle d’Allah). L’enfant hallal et l’enfant haram n’ont pas la même valeur ni le même statut. L’enfant haram est littéralement déshumanisé, il ne peut être reconnu par son géniteur et encore moins par sa famille, il est source de honte et de deshonneur. Bien souvent les enfants haram sont abandonnés et se retrouvent plus tard à vivre littéralement dans la rue.

En terre d’islam, le besoin de bien paraître s’associe forcément à la tartufferie religieuse. L’islamisation forcée dans un pays comme l’Égypte ne s’accompagne pas nécessairemnt d’augmentation de la "vertu", uniquement d’une diffusion plus grande de l’hypocrisie. Les filles se voilent intégralement pour mieux disparaître dans l’anonymat, curieusement les rapports sexuels hors mariage s’en trouvent ainsi facilités ce qui encourage les aventures sexuelles brèves et partant l’afflux de bébés illégitimes. Le nombre de ces enfants est à la hausse, la collectivité refuse obstinément de faire face au problème, ce serait accepter le déshonneur que de l’admettre, ce serait aussi reconnaître implicitement que le voile islamique loin de protéger la vertu des filles leur permet de forniquer plus facilement, alors tout le monde préfère ne pas en parler.

Mais voilà que les tartuffes d’Al Azhar, inquiets du phénomène, opte pour l’avortement obligatoire comme remède au mal qu’ils ont contribué à répandre. La grossesse hors mariage est considérée comme un mal qui doit être éradiqué d’une manière radicale, peu importe si la mère désire ou non interrompre sa grossesse ou si elle en a les moyens. L’avortement devient dans ce cas une obligation religieuse.

Mais Al Azhar pousse la tartufferie encore plus loin, pour lui il n’est pas question que le voile intégral soit mis en cause, une femme voilée est en principe vertueuse, si elle est devenue enceinte ce ne peut être que suite à un viol !

Mais tout cela n’empêche pas les islamistes de Montréal de traiter nos filles et nos femmes de prostituées non payées et de claironner partout que le voile c’est pour la modestie, la spiritualité, qu’il protège contre le viol, les grossesses illégitimes et qu’il favorise l’harmonie sociale et bla bla bla !

Sauf qu’en Égypte, malgré le voile ou plutôt à cause de lui les enfants abandonnés sont actuellement plus de trois millions !

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>