A sample text widget

Etiam pulvinar consectetur dolor sed malesuada. Ut convallis euismod dolor nec pretium. Nunc ut tristique massa.

Nam sodales mi vitae dolor ullamcorper et vulputate enim accumsan. Morbi orci magna, tincidunt vitae molestie nec, molestie at mi. Nulla nulla lorem, suscipit in posuere in, interdum non magna.

Une histoire de jambon… pas halal !

mensonge

Nous avons été surpris à la lecture d’un article du journal internet « Le Peuple » qui diffusait dans son édition du 8 mars : « Plus de bonbons à l’école pour ne plus choquer les écoliers musulmans ».

En effet, il s’agit là d’une fausse information inventée par un journaliste en manque d’inspiration ou qui ne vérifie pas ses sources.

Nous avons à coeur, dans « Le Patriote« , de ne diffuser que des informations non-mensongères. Outre le respect et l’honnêteté que nous devons à nos lecteurs, le combat contre l’islamisation que nous menons n’a pas besoin de s’embarrasser de mensonges ou d’exagération… Les musulmans eux-mêmes et les faits dans lesquels des musulmans sont impliqués viennent alimenter abondamment notre combat. Pas besoin d’en inventer. Notre crédibilité est à ce prix… 

Profitons de ce rétablissement de la vérité pour revenir sur les faits exacts qui ont probablement inspiré cette article de fiction du « Peuple« . 

Il s’agissait à l’origine d’un article d’Emmanuelle Praet paru dans le « Soir-Magazine » du 11 mai de l’année dernière :

Titre : « Ne mets plus de jambon dans mes tartines maman car ils vont cracher dedans »

Dans cet article, la sympathique et excellente journaliste Emmanuelle Praet s’inquiétait de la situation préoccupante d’une école de la Ville de Bruxelles (Bockstael à Laeken) dans laquelle un enfant de 6 ans était quotidiennement confronté à l’influence de l’islam majoritaire dans son école.

Très tôt, dès son entrée à la « grande école », le petit Martin a compris qu’il était « différent« . En effet,  à l’exception d’un autre élève, il était le seul sur 27 à être non musulman, « un jeune chien d’infidèle« , comme on dit en langage « évolué« . Son enfer a commencé très vite : menaces, insultes, coups, intimidations… Le pauvre garçon a été à ce point terrorisé qu’il a été complètement déstabilisé psychologiquement, ce qui lui a occasionné un retard scolaire important…

Voici des exemples de l’endoctrinement enduré par l’enfant, infligé par ses condisciples âgés de 6 à 8 ans. Ce qu’ont rapporté les parent est édifiant :

« si vous buvez du vin, vous irez en enfer » ; « mets un foulard, maman, quand tu viens me chercher à l’école » ; « ne mets plus de jambon dans mes tartines car ils vont cracher dedans » ; « ta mère est une sale dragueuse parce qu’elle se maquille » ; « ne mets plus de décolleté, maman, s’il te plaît, je vais avoir des ennuis »

Martin était traité en permanence de « sale porc ». Se sentant en insécurité, l’enfant pleurait pour se rendre à l’école. Il y a été frappé car il refusait de « jurer sur le Coran ». Lors des voyages scolaires, les élèves musulmans emmenaient leur tapis de prière avec l’assentiment de la direction de l’établissement et des enseignants…

Cette situation où les citoyens belges non-musulmans doivent subir la persécution des filles et fils d’Allah est insupportable et doit changer. La Belgique est une terre de tradition chrétienne et la charia n’y a aucun droit. C’est à nous, citoyens patriotes, d’y veiller. La situation décrite dans l’article de fiction du Peuple est en passe d’arriver. Nos femmes et nos filles devront-elles bientôt s’affubler de voiles et de tentes de cirque pour pouvoir traverser nos quartiers sans se faire insulter, agresser ou violer ? Le P+ promet de lutter de toutes ses forces pour que ce genre de situation n’arrive jamais et appelle ses compatriotes à l’y aider !

 

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>